Récit

Quand les plus vulnérables donnent leur avis sur la transition énergétique

Neuf cents citoyens européens vulnérables ont été consultés au sujet de la transition énergétique dans le cadre du projet ‘Fair Energy Transition for All’, coordonné par la Fondation Roi Baudouin. En Belgique, Corine Lorge et Bruno Daelens ont participé aux groupes de discussion qui ont donné la parole aux personnes en situation de précarité sur des questions liées à l’énergie. Leurs priorités sont ancrées dans les difficultés quotidiennes et concernent avant tout le logement.

"Les sans-abri, les personnes en situation de précarité, on se dit toujours qu’elles ne s’intéressent pas au changement climatique. Pourtant, l’intérêt est là." Ce constat, c’est celui de Corine Lorge, anciennement animatrice sein de l’asbl Solidarités Nouvelles, à Charleroi. Corine a elle-même connu de grandes difficultés. À ce titre, elle a participé aux groupes de discussion organisés dans le cadre du projet ‘Fair Energy Transition for All’ (FETA). Cette initiative a permis de consulter 900 citoyens vulnérables dans neuf pays européens, afin de faire remonter leurs préoccupations au sujet du logement, de l’énergie, de la mobilité, du climat, vers les décideurs politiques. Le pari de la participation n’était pourtant pas gagné d’avance, car "la prise de conscience des enjeux climatiques, si elle est bien là, n’est pas une priorité dans leur vie", explique Corine Lorge.

Ce constat est aussi celui de Bruno Daelen. Lui aussi a participé aux groupes de discussion pour y relayer de nombreux témoignages de citoyens vulnérables, glanés depuis l’épicerie sociale de la Croix-Rouge à Stavelot, où il travaille. "C’est souvent compliqué pour eux de penser au changement climatique", dit-il. "Leur priorité, c’est le logement. Ils sont confrontés à des logements trop petits, mal isolés, insalubres et trop chers. Ils sont souvent concentrés sur leurs besoins essentiels, sur ce qu’ils vivent au quotidien sans faire forcément le lien avec la transition énergétique."

Envie de participer

Même si le niveau de connaissance des enjeux climatiques et énergétiques varie considérablement d’une personne à l’autre, "l’envie de s’inscrire dans un mouvement de transition existe bel et bien", affirme Corine Lorge. Et ce, même si de nombreux participants estiment "qu’il faut d’abord taper le clou sur les gros pollueurs, les grosses entreprises, ceux d’en haut qui prennent des jets privés." Certains disent qu’ils participeraient davantage à la transition énergétique s’ils en avaient les moyens. "Ils rappellent qu’ils sont limités par leurs finances", souligne Bruno Daelen, "et que ce sont les difficultés financières qui les empêchent de participer à cette transition énergétique."

Logements énergivores

Ce coup de sonde réalisé en 2020 et 2021 parmi les plus fragiles de notre société trouve une caisse de résonance particulièrement forte aujourd’hui, alors que l’énergie et la hausse des prix touche la société en son entier. "Pour les personnes en situation de précarité, le prix de l’énergie, c’est très important. Dans un logement insalubre, le poids des factures est bien plus conséquent", résume Corine Lorge. La baisse de la consommation de gaz ou d’électricité, la nécessaire isolation des bâtiments font désormais partie d’objectifs placés au cœur des politiques nationales et européennes sur le chemin de la transition et de l’indépendance énergétique. Mais l’isolation généralisée des bâtiments a un coût. "Plusieurs personnes craignent que l’isolation de leur bâtiment ne soit répercutée sur leur loyer, qu’elles trouvent déjà bien trop cher", prévient Bruno Daelen.

Si de nombreuses personnes en situation de précarité bénéficient du tarif social, la facture de gaz ou d’électricité grimpe pour tout le monde ; particulièrement lorsque l’énergie s’échappe d’une passoire thermique. Pour les plus précaires, faire des économies d’énergie n’a rien d’une idée neuve. Bruno Daelen pense à une aide-ménagère qui se chauffe avec des pellets de bois, non soumis au tarif social, et dont les prix augmentent aussi de manière spectaculaire. "Elle a bien conscience de l’impact du bois, du charbon, du gaz sur le réchauffement climatique. Elle sait aussi qu’il faudra encore faire des économies. Mais elle est au maximum de ce qu’elle peut faire. Elle ne peut pas réduire encore sa consommation."

L’espoir d’un changement

Les plus précaires craignent l’impact des législations de protection de l’environnement sur leur quotidien. Dans le domaine de la mobilité, les zones de basses émissions créent parfois des tensions. Bruno Daelen évoque l’histoire d’une jeune femme "qui s’est installée à la campagne parce que sa voiture n’était plus autorisée à Bruxelles et n’avait pas les moyens d’en acheter une autre." Mais à la campagne, les enjeux sont tout autres : "ici, on se tracasse surtout d’avoir davantage de lignes de tram et de bus."

"Les personnes vulnérables aussi ont envie de participer à la transition énergétique, mais elles se disent limitées à cause de leurs difficultés financières."
Bruno Daelen
participant aux groupes de discussion FETA

Dès lors, le fait d’être consulté, de pouvoir s’exprimer sur ces thématiques est diversement apprécié. L’inquiétude qui sous-tend ces expressions du vécu est celle de la parole en l’air, sans impact sur la prise de décision politique. C’est le message de Corine Lorge : "Beaucoup de personnes en situation de précarité ont l’impression que le politique veut faire du blabla et ne va pas agir. Elles doutent que leur parole sera prise en compte. Mais, au moins, elles ont exprimé ce qu’elles avaient sur le cœur." Les conclusions de Bruno Daelen divergent légèrement : "Les personnes qui se sentent concernées par le changement climatique pensent que la transition énergétique doit être réglée par des instances supérieures, à commencer par l’État. Mais le fait qu’on leur demande leur avis, que cet avis soit collecté puis qu’il remonte vers des instances dirigeantes, ça compte. Pas mal de participants se sont dit ‘’ça bouge quand même’’. Ils espèrent que leur parole sera prise en considération."

À propos du projet ‘Fair Energy Transition for All’

Lancé en 2020 à l’initiative de la FRB, le projet ‘Fair Energy Transition for All’ (FETA) a développé un dispositif d’écoute de 900 citoyens en situation de vulnérabilité dans neuf pays européens (Allemagne, Belgique, Bulgarie, Danemark, Espagne, France, Italie, Pays-Bas et Pologne). L’objectif étant de prendre en considération les intérêts de celles et ceux dont la voix n’est généralement pas représentée ou entendue dans l’élaboration de politiques énergétiques et tarifaires équitables.

fair-energy-transition.eu

En savoir plus

Transition énergétique : recommandations de citoyens en situation de pauvreté pour une Europe plus juste et plus verte

Après deux ans d'écoute des personnes les plus vulnérables en Europe, le projet ‘Fair Energy Transition for All’, coordonné par la FRB, livre ses recommandations.

Lire la suite

Autres récits
Un engagement qui inspire !

Le sport pour tous avec Goods to Give

Précarité et exclusion

"Certaines organisations utilisent le sport comme moyen de lutter contre l’exclusion sociale."
Remco Ruiter
directeur de Goods to Give

Cette aide fut un vrai coup de chance

Précarité et exclusion

"En temps de crise, les gens se serrent les coudes. Cela me donne l’espoir que nous pourrons poursuivre notre projet."
Marie-Hélène Düsseldorf
Présidente de la Croix-Rouge, section locale de St. Vith – Burg-Reuland

Le COVID-19 n’empêche pas les gens d’avoir faim !

Précarité et exclusion

"Sur le terrain, la solidarité est incroyable et les marques de reconnaissance ne manquent pas."
Olivier Catoire
La Maison des Familles de Tournai

Autres appels à projets

DigitalForYouth.be - 2023/A

Pour des projets éducatifs qui développent les compétences numériques des jeunes vulnérables (de 6 à 25 ans) par la fourniture d’ordinateurs et un soutien financier.

En cours

Vrienden van Sint-Vincentius Limburg (Fonds) - 2022 B

Soutien à des projets, menés par les Conférences Saint-Vincent-de-Paul au Limbourg, en faveur de personnes vulnérables ou en situation de pauvreté dans la province de Limbourg.

En cours

Appel à projets du Fonds Celina Ramos

Cet appel est destiné à des projets de lutte contre la pauvreté à petite échelle.

En cours

Autres Fonds et formules philanthropiques

Cap terre (Compte de projet)

Achever la rénovation des locaux de Cap Terre afin d'assurer la protection des stagiaires du centre d'insertion socioprofessionnelle contre le coronavirus.

Save Foundation (Compte de projet)

Distribution dans les bidonvilles de Guwahati (Assam, Inde) de colis alimentaires à des familles défavorisées qui n'ont plus de revenus en raison des mesures adoptées dans le cad…

Autres communiqués

Indépendants en difficulté : recommandations pour un politique de soutien efficace

La FRB publie 12 nouvelles recommandations pour améliorer ou prévenir la situation des indépendant.e.s en difficulté. Les propositions résultent d’un dialogue multi-stakeholders.

Plus de 90.000 euros de soutien à 10 projets qui offrent un peu de chaleur aux victimes des inondations

Dix projets qui offrent un peu de chaleur aux habitants des communes les plus touchées par les inondations de l’été 2021 reçoivent un soutien total de plus de 90.000 euros.

2021 Les Belges inégaux face aux services numériques essentiels

Les Belges inégaux face aux services numériques essentiels. Une étude réalisée à l’initiative de la FRB dresse un aperçu des inégalités liées à l’utilisation de ces services.