Récit

Monceau-Fontaines : quand économie sociale rime avec agilité et innovation

Le site de Monceau-Fontaines illustre les liens qu’entretient Charleroi avec l’économie sociale, sa créativité et son adaptation aux besoins de la région. Le Fonds Solmido, géré par la Fondation Roi Baudouin, contribue à son déploiement.

Cinq-mille cinq cents mètres carrés de bureaux en parfait état déployés sur 2,5 hectares et occupés par une petite vingtaine d’entreprises à finalité sociale. Des magnifiques salles de conférence qui drainent quelque 15.000 visiteurs chaque année. Un restaurant convivial qui attire les convives en quête de qualité à prix doux et forme des stagiaires dans le secteur de l’Horeca. Des animations dans et pour le quartier, qui tissent du lien social entre les occupants des lieux et les habitants de la région. Et encore beaucoup d’autres richesses qu’il serait impossible de détailler ici : le site de Monceau-Fontaines, du nom du plus grand charbonnage de Charleroi qui a fermé ses portes en avril 1980, abrite une petite vingtaine d’associations et entreprises proposant des biens et des services dans les secteurs de la formation, de l’entreprenariat, du logement et de l’animation.

Ces entreprises à finalité sociale ne sont, du reste, pas que locataires des lieux : une fois les candidatures acceptées – Monceau-Fontaines est porteur de valeurs exigeantes qui font tout son sens – elles sont également toutes membres de l’Assemblée générale de l’asbl Monceau-Fontaines chargée de la gestion du site. Elles participent donc activement aux projets et à leur déploiement. « C’est ce qui fait la richesse de ce projet, inauguré en 2001 », insiste Bruno Carton, directeur de l’asbl. « Cette proximité entre les différentes entreprises actives sur le site permet de résoudre des problématiques qui seraient hors de portée des associations prises individuellement. Cette collaboration permet la réactivité et la créativité au service du collectif, ce qui est l’âme même de l’économie sociale. »

Ancrage local

Un exemple parmi tant d’autres : des centaines de stagiaires se forment aux métiers du bâtiment et de la rénovation sur les chantiers de l’asbl Quelque Chose À Faire/QCAF – un des partenaires « fondateurs » qui, en 1993, a racheté la friche Monceau-Fontaines avec Le Germoir et la SAW-B – et de la coopérative SoLogInnov. Certains d’entre eux peuvent ensuite devenir locataires, voire propriétaires d’un logement, tout en bénéficiant d’un accompagnement personnalisé de l’asbl Relogeas, qui a bénéficié d’un coup de pouce du Fonds Solmido. « Quelques acteurs ont uni leurs forces, à l’origine pour répondre aux difficultés d’accès au logement de stagiaires formés sur le site et, plus tard, quand de nouveaux besoins ont fait leur apparition – tel celui d’offrir une possibilité de logement à différents publics fragilisés , d’autres acteurs sont entrés en scène. Cette dynamique est vraiment la caractéristique essentielle de Monceau-Fontaines. »

Les liens qui unissent les partenaires en activité sur le site de Monceau-Fontaines permettent également de mutualiser des services qui, sans cela, seraient impayables. Les cotisations des membres ont, par exemple, permis l’engagement d’un ‘job coach’ au bénéfice de tous les stagiaires des différentes entreprises d’insertion professionnelle, la mise à disposition d’un parc de trottinettes et de vélos électriques aux travailleurs et aux stagiaires, l’organisation de conférences-débats à thèmes et de fêtes ouvertes aux habitants, etc. « L’ancrage local, l’intégration du projet dans la vie du quartier est très importante à nos yeux », souligne Bruno Carton. « L’histoire du site de Monceau-Fontaines s’ancre dans celle de la région où il s’est implanté : toutes les entreprises d’économie sociale qui sont actives ici sont nées en réponse à des besoins de la population locale. Nous voulons préserver cet ancrage, le développer même. »

Le collectif, propice à l’innovation

Cette agilité, cet appétit pour la recherche collective de solutions adaptées aux besoins du public fréquentant le site – qui rejoignent en bonne partie les besoins de la population de la région – constituent un terreau propice aux projets innovants. « En 2007, nous avons créé un complexe de salles d’animation et de conférence, qui sont louées en moyenne 700 fois par an et drainent des milliers de visiteurs : cela permet de faire connaître plus encore Monceau-Fontaines à l’extérieur, d’alléger nos remboursements d’emprunts, et de faciliter le lancement de nouveaux projets. Ainsi, nous avons pu agrandir le restaurant du Germoir – notamment grâce à l’apport du Fonds Solmido, nous sommes en train de créer une salle avec vestiaires et douches pour pouvoir proposer des activités sportives à nos stagiaires. Nous venons par ailleurs de faire l’acquisition d’un hectare de terrain sur lequel nous allons édifier des bureaux supplémentaires à destination de nos partenaires existants et aussi pour en accueillir de nouveaux, ainsi qu’une crèche pour faciliter la vie de nos stagiaires et l’accès à l’emploi. »

« La proximité et la collaboration entre les partenaires présents sur le site permettent la réactivité et la créativité au service du collectif, ce qui est l’âme de l’économie sociale. »
Bruno Carton
directeur de l’asbl Monceau-Fontaines

Des compétences variées, des idées à la pelle et des valeurs fédératrices : Monceau-Fontaines n’a pas fini de susciter des vocations dans le secteur de l’économie sociale.

Autres récits
Un engagement qui inspire !

Casa Legal : Une association d’avocates pour l’accès à la justice

Inclusion

« Les gens viennent nous voir pour une démarche juridique, mais notre approche est plus large. Elle est interdisciplinaire. »
Noémie Segers
co-fondatrice

Forbidden Colours : un espace sûr pour tous

Inclusion

"Chez Forbidden Colours, j’observe ce même désir de veiller à créer un espace où les gens ne sont pas exclus, où ce n’est pas ‘nous contre eux’, mais ‘ce qui nous lie les uns aux autres’."
Lukas Dhont

Nojavel, bien plus que de l’aide alimentaire

Inclusion

"Les crises successives nous affectent directement. Nos factures énergétiques ont doublé et les dons de nourriture diminuent, alors que la demande d’aide augmente."
Alice Berwart
coordinatrice de Nojavel

Autres appels à projets

Fonds Piet Cleemput - appel 2024 (bachelors)

Prix récompensant en Flandre un mémoire en travail social (sur l'efficacité des services prestés dans le secteur de l’aide aux personnes, le travail socioculturel, ...)

En cours

DigitalForYouth.be - 2024/A

Pour des projets éducatifs qui développent les compétences numériques des jeunes vulnérables (de 6 à 25 ans) par la fourniture d’ordinateurs et un soutien financier.

Sélection annoncée

Vrienden van Sint-Vincentius Limburg (Fonds) - 2023

Soutien à des projets, menés par les Conférences Saint-Vincent-de-Paul au Limbourg, en faveur de personnes vulnérables ou en situation de pauvreté dans la province de Limbourg.

Sélection annoncée

Autres Fonds et formules philanthropiques

Bürgerfonds Ostbelgien

Le Bürgerfonds Ostbelgien est un fonds créé par les habitants de l'Est pour les habitants de l'Est. Il soutient des initiatives et des organisations qui s'engagent en faveur de l…

Celina Ramos (Fonds)

Soutien à des petits projets qui répondent aux besoins sociétaux actuels. Ces projets sont portés par des personnes solidement ancrées dans la communauté locale.

Solvay Solidarity (Fonds)

Des cadres et actionnaires du Groupe viennent en aide aux employés et communautés dans le monde qui sont lourdement touchés par la crise du Covid-19 ou toute autre catastrophe na…

Autres communiqués

Cinq projets qui favorisent l’éducation financière soutenus par le Fonds ING pour l’Éducation financière

Cinq initiatives visant à renforcer l'éducation financière de manière créative et originale bénéficient du soutien du Fonds pour l’Éducation financière.

345.000 euros de soutien à 15 associations qui luttent contre l’exclusion

Le Fonds VINCI poursuit deux objectifs : lutter contre toutes les formes d'exclusion et contribuer à une société inclusive, dans laquelle chacun.e trouve sa place.

Quand seule la solidarité permet encore de manger

Face aux nombreux défis auxquels fait face le secteur de l’aide alimentaire, la FRB soutient 71 nouvelles organisations de terrain, pour un total de 500.000 euros.