Récit

À la ferme de Forestaille, l’insertion, ça conserve !

2024

À Lobbes, dans la ferme de Forestaille, la Régie d’habitat rural utilise le maraîchage comme outil d’insertion socio-professionnelle. Grâce au Fonds VINCI, géré par la Fondation Roi Baudouin, la ferme dispose désormais d’une conserverie didactique pour éviter les pertes de légumes, valoriser le travail des stagiaires et produire des bocaux savoureux.

Le ketchup que l’on trouve sur les étals de la ferme de Forestaille est en passe de devenir une fierté locale. « C’est énorme, car c’est le fruit de notre travail, du semis jusqu’au bocal », lance Logan Morena, stagiaire à la Régie d’habitat rural, le sourire aux lèvres.

C’est sur le territoire de la commune de Lobbes que se situe cet impressionnant bâti fermier - qui date du 17ème siècle - sur lequel s’est installée la toute première Régie d’habitat rural de Wallonie, lancée par le Fonds du logement, la commune et le CPAS de Lobbes. Sa mission est double : dynamiser le « quartier » campagnard et accompagner l’insertion socio-professionnelle de personnes en situation de précarité, peu ou pas qualifiées. Les stagiaires, une vingtaine par année, apprennent à réaliser des travaux d’entretien d’espaces verts dans les communes de Lobbes et Merbes-le-Château. Avec des projets ponctuels à Thuin. Mais c’est sur les 21 hectares du domaine qu’ils s’initient au maraîchage. L’agroécologie, le circuit-court, les produits de qualité sont les maîtres-mots de La Forestaille. On y fait pousser des tomates, des aubergines, des épinards, des poivrons, des salades et bien d’autres légumes, le tout sans intrant chimique, avant de les vendre dans le petit magasin de la ferme ou dans des marchés locaux. « Ici, on nous transmet beaucoup de connaissances. J’aimerais ensuite m’en servir pour devenir paysagiste », ajoute Logan dont le parcours professionnel, d’abord dans la soudure, fut semé d’embûches et de doutes. À La Forestaille, les stagiaires ont les pieds bien ancrés dans la terre et se sentent valorisés. « L’objectif, c’est d’abord de susciter l’éveil sur des sujets comme la malbouffe, le développement durable, le circuit-court, décrit Jean-François Tesain, médiateur social de l’asbl. C’est ensuite donner de la confiance, socialiser et enfin, aider à découvrir un métier. »

Une conserverie, un parrain, une marraine

Depuis juillet 2023, la ferme possède une nouvelle corde à son arc : la conserverie. Ce projet, « Les fous du bocal », répondait à de multiples besoins. « C’était le chaînon manquant, atteste François Castagna, délégué à la gestion journalière de la régie. D’abord, la conserverie permet d’éviter les pertes. Ensuite, ce lieu offre aux stagiaires l’opportunité d’acquérir des compétences supplémentaires. Quant à la cuisine, elle sera mise à disposition d’associations locales, d’écoles, de groupes d’habitants. » Mais pour construire de toutes pièces une conserverie, il n’y a pas de secret, des financements sont nécessaires. C’est notamment vers le Fonds VINCI, géré par la Fondation Roi Baudouin, que la Régie d’habitat rural s’est tournée.

Grâce à l’apport de 25.000 euros, l’association a pu se doter de matériel de qualité. Casseroles, réchaud, épépineuse, réfrigérateur, hotte. Pour Nathalie Louis, chargée de mission à la Forestaille, « le soutien du Fonds VINCI était vraiment adapté à nos besoins. Car au-delà des 25.000 euros, l’action du Fonds est orientée vers l’humain, ce qui est primordial ». Être bénéficiaire d’une aide du Fonds VINCI offre une opportunité supplémentaire : recevoir un accompagnement par des parrains ou marraines, issus d’entreprises du groupe VINCI, qui s’impliquent aux côtés des associations lauréates du Fonds. La Régie a ainsi accueilli Jean-François Lacroix, spécialiste « bien-être au travail » chez Cegelec, entreprise du Groupe spécialisée dans le bâtiment à usage tertiaire ou industriel, et Aude Detry, responsable des ressources humaines chez VINCI Facilities. Cette dernière a prodigué de précieux conseils relatifs aux supports de communication de l’asbl, mais elle a surtout initié les stagiaires aux actions à entreprendre lors d’une recherche d’emploi (rédaction d’un CV, d’une lettre de motivation, préparation à un entretien d’embauche). « J’ai proposé plusieurs simulations d’entretiens d’embauche pour les préparer aux réalités du recrutement. » Pour Aude Detry, être la marraine de Forestaille, c’est une expérience riche de sens, « car on rencontre des gens d’horizons divers et on se sent utile. L’impact de notre action est immédiat, par exemple auprès de stagiaires qui n’avaient jamais passé d’entretien ». Jean-François Lacroix, passionné d’horticulture et de jardinage, partage cet engouement. « J’ai beaucoup appris sur les réalités de terrain et les difficultés qu’affrontent des petites structures. » Lors de ses visites à la ferme, il a prodigué des conseils concrets au sujet de la manipulation des machines et des équipements de protection individuels, très importants dans une conserverie, où l’hygiène est reine.

En juillet 2023, le matériel à peine installé, les stagiaires ont immédiatement pu le tester. 260 kilos de tomates, issus de 73 plants ont permis de produire 315 bocaux de sauces et d’un ketchup savoureux. Et ce n’est qu’un début.

À propos du Fonds VINCI

"Le soutien du Fonds VINCI était vraiment adapté à nos besoins. Car au-delà du soutien financier, l’action du Fonds est orientée vers l’humain, ce qui est primordial."
Nathalie Louis
Chargée de mission à la Forestaille

Créé en 2012, le Fonds VINCI participe à la lutte contre toutes les formes d’exclusion. Depuis sa création, le Fonds a soutenu 169 associations pour un montant total de 2.913.098 euros. Il constitue un partenariat entre le groupe VINCI (groupe mondial de concessions et de construction qui compte plus de 3.400 collaborateurs en Belgique*) et la Fondation Roi Baudouin. Trait d’union entre le Groupe en Belgique et les organisations qui agissent en faveur de l’insertion, le Fonds accompagne des acteurs sociaux dans des régions où il peut compter durablement sur l’engagement et le professionnalisme des collaborateurs du Groupe.

Autres récits
Un engagement qui inspire !

Après les inondations, le long parcours du combattant des assurances

Justice sociale et pauvreté

Les personnes en très grande difficulté ont beaucoup de mal à se faire entendre par les experts
Amandine Poncin
Réseau Wallon de lutte contre la pauvreté

‘Un toit, un cœur’, de la chaleur humaine pour les plus précaires

Justice sociale et pauvreté

"Le soutien de la FRB est une véritable bouffée d’oxygène pour notre association."
Stéphanie Seutin
coordinatrice de l’asbl ‘Un toit un cœur’

Des colis alimentaires pour étudiants précaires

Justice sociale et pauvreté

"Nous ne pouvions pas laisser des étudiants en difficulté avoir faim."
Emilie Many
Directrice des Capucines

Autres communiqués

275.000 euros de soutien à 15 projets de lutte contre la précarité des jeunes

28 05 2024

Découvrez les 15 projets sélectionnés lors des Ethias Youth Solidarity Awards.

Crise énergétique : les mesures publiques ont protégé les ménages les plus vulnérables

17 05 2024

Le Baromètre de la précarité énergétique mesure l'ampleur de la problématique, suit sont évolution et tente d'en comprendre les causes potentielles.

Le Prix Reine Mathilde 2024 soutient un projet ‘par des jeunes, pour des jeunes’

24 04 2024

Le projet ‘De Trappen: un lieu sûr et une plateforme pour les jeunes au KMSKA”, présenté par le Musée royal des Beaux-Arts d’Anvers a remporté le Prix Reine Mathilde 2024.