Récit

Enfants trop sages ? Réagissons à temps !

2022

Ils détournent le regard, ne réagissent pas à l’appel de leur prénom, présentent souvent un retard de langage, ne jouent pas, communiquent peu… alors qu’ils ont déjà deux ans, voire trois. Si leurs difficultés de développement avaient été constatées plus tôt, ces enfants auraient pu bénéficier d’une intervention précoce. Afin d’y contribuer, l’asbl Aire Libre a développé un projet axé sur l’observation des bébés, et sur l’évaluation à destination des familles et des professionnels de la première ligne. À ce titre, il bénéficie d’une bourse du Fonds Dr. Daniël De Coninck, géré par la Fondation Roi Baudouin.

"Quand les parents s’inquiètent, parce que ‘quelque chose ne va pas, mais on ne sait pas quoi’, les professionnels de terrain leur conseillent souvent d’attendre, leur assurant même que ‘ça va passer’", explique Françoise Dodion, psychomotricienne, psychothérapeute et coordinatrice du Centre d’aide thérapeutique et psychomotrice Aire Libre, en région liégeoise. "Parce qu’ils ont peur d’affoler inutilement les parents, ils ne commencent à prendre ces indices au sérieux que lorsque l’entrée en maternelle approche. Or, plus tôt on intervient, meilleures sont les chances de modifier la trajectoire mentale de ces enfants, pour ne pas les laisser s’installer dans des problématiques complexes, qui peuvent aller jusqu’aux troubles du spectre de l’autisme."

Mal-être

Des difficultés développementales débutantes peuvent en effet être repérées dès les premiers mois de l’enfant. "À trois ou quatre mois, des mouvements généraux désorganisés sont un signe d’alerte à ne pas négliger", insiste Françoise Dodion. "Le premier langage de l’enfant, c’est son corps. L’ennui, c’est que la plupart des professionnels en rapport avec la petite enfance ne sont ni informés, ni formés pour interpréter les troubles silencieux de ces enfants trop sages." La position d’hyperextension, que les très jeunes enfants peuvent prendre quand ils sont soumis à un stress, en est un bon exemple : le bébé se cambre, s’arc-boute, rejette la tête en arrière. Les parents y voient souvent un signe de distanciation affective, alors que cette attitude trahit d’abord un mal-être corporel, qui peut être apaisé par des stimulations en enroulement, destinées à rassurer l’enfant tout en renforçant son axe corporel.

Et les psychomots ?

Beaucoup de bébés à risque de troubles neurodéveloppementaux connaissent d’ailleurs, sur le plan somatique, une première année pénible : pleurs fréquents, problèmes de reflux, difficultés d’endormissement… La psychomotricité, qui se focalise sur la manière dont le bébé habite son corps, est en principe l’outil idéal pour faire le lien entre capacités relationnelles et vécu corporel, et agir préventivement en faveur du développement de l’enfant. "Mais, en Belgique, les psychomotriciens ne sont pas reconnus comme des paramédicaux, et leurs actes ne sont donc pas remboursés par l’INAMI", regrette Françoise Dodion. Résultat : ces enfants sont pris en charge par des kinésithérapeutes, très efficaces dans tout ce qui est stimulation physique, mais beaucoup moins familiarisés avec la prise en charge relationnelle, psychopathologique ou sensorielle de leurs jeunes patients."

Interactions

En France, par contre, la prise en charge est possible dès l’âge de trois mois, notamment sur la base d’une grille d’observation mise au point par la psychanalyste Marie-Christine Laznik. "Les questions posées ont l’avantage d’être très simples", remarque Françoise Dodion. L’enfant est-il en interaction avec les autres, est-il dans une recherche de plaisir ludique, et surtout interpelle-t-il l’adulte, par tous les moyens dont il dispose, dont le sourire, plutôt que d’attendre que l’adulte vienne le chercher ? Les bébés qui vont bien interpellent spontanément l’adulte, tandis que les autres sont plutôt indifférents et amorphes, et doivent être stimulés… En France, tout professionnel de première ligne qui travaille avec des tout-petits dispose d’un cahier d’observations pour les risques de troubles neurodéveloppementaux. Il le remplit avec les parents et, si la situation le justifie, il dirige l’enfant vers un psychomotricien, en vue d’une prise en charge remboursée par l’État."

Les enfants qui pleurent

Dans cette optique, il faudrait, en Belgique aussi, des observations plus approfondies dès les premiers mois. D’où le projet pour lequel Aire Libre a obtenu une bourse du Fonds Dr. Daniël de Coninck et qui est axé sur la mise en place d’un programme d’observation et d’évaluation à destination des familles. "Un travail avec les parents s’impose pour que l’interaction ne soit pas faussée dès le départ", explique Françoise Dodion. "Un bébé qui souffre, qui est mal dans son corps, est forcément en retrait. Les pleurs sont sa seule façon de s’exprimer, et ses parents sont si fatigués, si stressés, que les problèmes relationnels sont inévitables. Alors que s’ils s’en ouvraient à des professionnels, le pire pourrait être évité. Je ne prétends évidemment pas que tous les bébés qui pleurent constamment vont évoluer vers un trouble du spectre de l’autisme – loin de là ! Mais je pense sérieusement à lancer une campagne du genre ‘Votre enfant pleure sans cesse ? Parlez-en à un professionnel !’ Parce que ces pleurs révèlent un stress permanent qui ne peut qu’entraver l’évolution de l’enfant."

600 professionnels

Une approche psychomotrice basée sur le toucher thérapeutique, le portage, le jeu, éventuellement doublée, en cas de régurgitations et de reflux, par un traitement médicamenteux prescrit par un gastropédiatre, peut faire des merveilles. Mais travailler avec les parents ne sert pas à grand-chose si les professionnels ne sont pas (assez) au courant. "C’est pourquoi, après avoir poursuivi le projet d’observation des bébés jusqu’en mars 2021, je suis revenue à mon cheval de bataille, avec des questionnaires qui ont été transmis aux psychomotriciens, puis retravaillés pour être distribués à 600 professionnels : 100 généralistes, 100 spécialistes, 100 sage-femmes, 100 professionnels de l’ONE, 100 professionnels des crèches, 100 professionnels des maisons médicales. Avec des questions comme : Considérez-vous que le repérage des signes d’alerte fait partie de votre travail ? Quels outils d’observations utilisez-vous ? Si vous vous questionnez sur un bébé, à qui en parlez-vous ? En cas de difficultés constatées chez un bébé, vers qui le dirigez-vous pour avoir un avis complémentaire ? Ou pour assurer un suivi thérapeutique ou un accompagnement ? L’analyse de ces résultats sera réalisée par le Professeur Emmanuel Devouche du laboratoire de psychopathologie du bébé-Université Paris V. Et j’espère que leur diffusion contribuera à la sensibilisation des professionnels."

Formations

"Plus tôt on intervient, plus on réduit le risque de voir s’installer des problématiques complexes."
Françoise Dodion
coordinatrice de l’asbl Aire Libre

Françoise Dodion souhaite également créer des formations, qui seront proposées en priorité aux 600 professionnels qui auront répondu à son questionnaire. "Parce que je ne veux pas susciter chez eux des interrogations sans leur proposer des réponses. J’ai déjà entamé des mini-formations pour le personnel des crèches, afin de leur indiquer les points qui me paraissent importants à observer chez les enfants qui leur sont confiés. Je me rends compte que, pour certains professionnels, les troubles développementaux restent tabous. Ils craignent qu’en les abordant précocement, les conséquences pour l’enfant, les parents et l’équilibre familial soient difficiles à gérer. Mais, si on ne prend ces enfants en charge qu’après 24 ou 36 mois, pour certains, ça risque d’être trop tard. D’où l’importance d’un travail parents-bébé, et donc de la valorisation du métier de psychomotricien."

À propos du Fonds Dr. Daniël De Coninck

Géré par la Fondation Roi Baudouin, le Fonds Dr. Daniël De Coninck investit dans des soins de première ligne humains, accessibles et de qualité. Il entend ainsi améliorer la santé et la qualité de vie des personnes qui ont besoin de soins ou de soutien à domicile. Il veut également soutenir les professionnels des soins et du bien-être. Le Fonds soutient et développe des initiatives propres, de même que des initiatives de tiers, qui visent à soutenir les professionnels de la première ligne, à maintenir ou améliorer la qualité de vie des personnes nécessitant des soins, et à développer des connaissances sur la première ligne.

www.fondsdanieldeconinck.be

Autres appels à projets

Multiple Sclerosis Research

Improving the quality of care and the quality of life of patients with Multiple Sclerosis and their relatives

En cours

Fonds Gert Noël - Appel 2022

Une meilleure communication, information et accompagnement du patient et de ses proches.

En cours

2022 UCB Community Health Fund - Appel Projets de soutien

Focus sur les projets ciblant les jeunes vulnérables (âgés de 15 à 24 ans) qui souffrent de problèmes de santé mentale ou qui sont déplacés en raison de situations de conflit

Sélection annoncée

Autres événements

Colloque - Les objectifs de vie de la personne au centre de l'aide et des soins

17/11/2022 09:30 Jusqu’à 17/11/2022 16:00

Comment mettre en oeuvre l'aide et les soins centrés sur les objectifs de vie de la personne ? Des sessions plénières et des ateliers pour l'implémentation au quotidien.

Autres Fonds et formules philanthropiques

Rinus-Pini (Fonds)

Le Fonds Rinus-Pini a deux missions : l'assistance psychologique aux familles en cas d'intervention d'urgence ou de décès d'un enfant et la protection des guépards.

Vanessa Bolle (Fonds)

Apporter un soutien à des jeunes patients anorexiques en Belgique en privilégiant la relation directe avec eux  et leur famille, souvent désemparée face à cette maladie complexe.

Jessa Fonds (Cercle de Donateurs)

Récolte de dons pour des initiatives dans le secteur de la santé, améliorant le confort et/ou la qualité de vie des patients et de leurs familles.

Autres communiqués

Un parcours de soins pour lutter contre les assuétudes récompensé par le Prix Gert Noël

16 05 2022

Le Prix Gert Noël récompense l’asbl Verslavingskoepel Kempen pour son projet de parcours de soins initié par des experts du vécu en assuétude.

Centrer les soins sur les objectifs de vie, plutôt que sur la maladie

12 05 2022

Le Fonds Dr Daniël De Coninck soutient 25 projets de première ligne qui conçoivent et mettent en œuvre une approche des soins centrée sur les objectifs de vie de la personne.

Lutter contre le stress des professionnels de la première ligne

27 01 2022

Nouvel appel à projets du Fonds Dr. Daniël De Coninck pour prévenir et soulager le stress des professionnels de la première ligne, et améliorer leur bien-être.

Autres récits
Un engagement qui inspire !

Apaiser le stress quotidien du personnel soignant

Qualité des soins

"Le plan s’articule autour de trois axes : bien-être alimentaire, physique et psychologique."
Céline Grosjean
responsable RH du home Philippin

Les patients à la barre !

Qualité des soins

"L’idée est que des patients partagent leurs expériences et leur vécu avec de futurs professionnels de la santé."
Cassandre Dermience
Chargée de projets à la LUSS

COVID-19 : armer les dirigeants dans les maisons de repos et de soins pour soutenir le personnel

Qualité des soins

"Le personnel est épuisé, choqué, en souffrance. Il a besoin de chef.fes redynamisé.es et solides sur leur pieds."
Alain Collard
Association des gestionnaires publics de maisons de repos et de soins de la province de Liège