Récit

123 Digit, le numérique pour tou.te.s

La plateforme 123 Digit aide les intervenants sociaux et culturels de première ligne à mieux répondre au risque d’exclusion numérique couru par leur public. Un outil bien précieux, lorsqu’on est peu à l’aise avec l’informatique, lancé à l’initiative de la Fondation Roi Baudouin.

"Quel gain de temps ! Et dire qu’avant, pour faire un virement, il fallait courir à la banque." Florence n’en revient pas. À côté de son visage satisfait apparaissent sur l’écran deux autres regards de sexagénaires tout aussi épatées, ceux d’Adeline et Francine, également participantes à la session de formation aux outils numériques qui vient de s’achever. Le thème du jour : formation à l’e-banking ou ‘Comment payer ses factures en ligne depuis son smartphone ou sa tablette ?’.

Aux commandes de la formation, Véronique Veys, ancienne éducatrice aujourd’hui réinvestie à 90 % dans l’éducation au numérique au Centre de lecture publique d’Estaimpuis, labellisé depuis 15 ans ‘Espace public numérique’ (EPN). L’atelier s’est déroulé dans son ‘aquarium’, un local vitré très lumineux, installé à côté de centaines d’ouvrages en location. Ce mini quartier général informatique compte six ordinateurs, seize tablettes et trois liseuses. Demain et pendant quatre jours encore, Véronique reprendra son cours avec d’autres apprenants (15 au total). À distance bien sûr, Covid-19 oblige…

Une fracture numérique qui fait mal

La Wallonie compte actuellement 167 EPN, soit 167 bâtiments dans lesquels le public peu ou pas rompu au monde digital est assuré de trouver non seulement le matériel nécessaire à son apprentissage de base, mais aussi l’accompagnement d’animateurs compétents. Le tout à un prix modique voire symbolique. Ce n’est pas du luxe : selon le Baromètre de l’inclusion numérique, 8% des Belges âgés de 16 à 74 ans n’ont jamais utilisé internet et 32% ont des compétences numériques faibles à très faibles, particulièrement les personnes âgées et celles à bas ou très bas revenu. Au total, 4 Belges sur 10 sont concernés par l’exclusion digitale.

Au vu la dématérialisation accrue des services et de l’évolution continue des technologies, ce phénomène pourrait toucher davantage de monde. Prendre conscience des enjeux sociaux du numérique, c’est bien. Encore faut-il être suffisamment armé et à l’aise sur le plan pédagogique pour enseigner la manipulation des outils informatiques. C’est le sens de l’initiative lancée en 2019 par la Fondation Roi Baudouin, qui a financé l’asbl WeTechCare pour qu’elle développe et adapte un outil spécifique pour les aidants numériques de première ligne, quel que soit leur secteur d’intervention (alphabétisation, intégration, aide aux migrants, lutte contre la pauvreté, conseils aux seniors…). Son nom : 123 Digit.

Diagnostiquer, enseigner, évaluer

La plateforme a pour objectif de renforcer les acteurs sociaux dans leur capacité à accompagner les publics vulnérables vers un début d’autonomie numérique, notamment en les sensibilisant aux postures pédagogiques nécessaires. "L’outil cartonne en France depuis cinq ans", se réjouit Éric Blanchart, coordinateur des EPN wallons. "Il aide au diagnostic des besoins des apprenants et renforce la confiance des travailleurs sociaux impliqués dans leur accompagnement numérique."

Disponible en français et en néerlandais, 123 Digit met gratuitement à la disposition de ces derniers des tests pour évaluer les compétences numériques des apprenants, des formations sur les compétences de base (comment utiliser la souris, créer une adresse e-mail…), des fiches et guides pratiques, des formations à l’utilisation de services en ligne… "L’avantage d’123 Digit, c’est qu’elle offre un fil conducteur, une trame qui me permet de m’adapter à tous les publics", explique Véronique Veys. "J’y avais déjà recours en présentiel mais, depuis le confinement (et malgré mes craintes initiales), j’utilise de plus en plus la plateforme en distanciel. Elle me permet d’aller plus profondément dans les apprentissages. Par exemple, dans ma formation au paiement en ligne, j’ai appris l’existence des paiements bancaires échelonnés et différenciés." La fiche pédagogique relative au paiement bancaire a été financée par Febelfin (la fédération belge du secteur financier), avec laquelle collabore la plateforme.

123 Digit offre un ‘terrain de jeu’ rassurant aux apprenants, leur permettant de se familiariser avec les services en ligne, sans risquer de commettre des erreurs. "Ils peuvent se familiariser avec l’utilisation d’une carte bancaire fictive, ce qui est plus rassurant pour eux que le recours à leur propre carte", commente Véronique Veys.

Un outil d’émancipation

À Estaimpuis comme ailleurs, la suite du programme s’annonce tout aussi alléchante pour les apprenants : initiation à WhatsApp, découverte de la tablette, création d’une identité numérique… Adeline, déjà, trépigne. "Ici à la bibliothèque, avec Véronique, j’ai appris à résilier deux contrats d’assurances via mon smartphone : en une semaine, l’affaire était réglée ! Je dois encore réserver un logement à l’étranger pour un mariage. Je suis impatiente d’y arriver toute seule. Mon mari est très occupé, je n’aime pas dépendre de lui pour ce genre de tâches. Et puis, c’est important de s’adapter aux changements technologiques. De se sentir rester jeune. De rester dans le coup…".

Plus d’infos sur www.123digit.be

"La plateforme est un outil précieux dans l’accompagnement des publics en difficulté avec le numérique."
Véronique Veys
EPN d’Estaimpuis

À propos de l’action de la Fondation Roi Baudouin en matière d’inclusion numérique

Consciente de l’enjeu que représente le digital pour les plus vulnérables, la Fondation Roi Baudouin agit pour lutter contre l’exclusion numérique. Depuis 2018, la Fondation Roi Baudouin a développé une palette d’actions afin de faire de l’inclusion numérique un accélérateur d’intégration sociale : sensibilisation, avec le court métrage ‘Je viens d’une autre planète’, soutien financier à des associations qui travaillent sur la fracture numérique, mise en réseau et outillage des acteurs, avec notamment la mise à disposition de www.123digit.be, réalisation d’études et mise à disposition des résultats, dont ceux du Baromètre de l’inclusion numérique.

Autres appels à projets

DigitalForYouth.be - 2022/B

Pour des projets éducatifs qui développent les compétences numériques des jeunes vulnérables (de 6 à 25 ans) par la fourniture d’ordinateurs et un soutien financier.

En cours

DigitalForYouth.be - 2022

Pour des projets éducatifs qui développent les compétences numériques des jeunes vulnérables (de 6 à 25 ans) par la fourniture d’ordinateurs et un soutien financier.

Sélection annoncée

Een hart voor Gentse jongeren

Pour des projets locaux qui favorisent le bien-être des groupes défavorisés et utilisent l'environnement comme levier.

Sélection annoncée

Autres Fonds et formules philanthropiques

Orange Belgium (Fonds)

Soutien à des projets qui renforcent l'inclusion numérique en facilitant l'accès aux nouvelles technologies et en faisant du numérique un facteur d'égalité des chances.

Sint-Katelijne-Waver - Roosendael vzw (compte de projet)

Pour un climat encore plus agréable sous le toit de la Koetshuis, l'hébergement des jeunes au Domein Roosendael.

ING pour une Société plus Digitale (Fonds)

Soutien à des projets qui renforcent l’inclusion digitale en aidant les personnes à développer leurs compétences digitales et en s’assurant que les produits et services digitaux …

Autres communiqués

Autres récits
Un engagement qui inspire !

Des ordinateurs contre le décrochage scolaire

Inclusion numérique

"La crise du COVID-19 a ouvert la porte à une vraie réflexion sur les actions à mener pour réduire durablement la fracture numérique."
Sophie Ouvry
Directrice de l’École en mouvement

BeCode : la voie express vers le marché de l’emploi

Inclusion numérique

"Après notre formation, les participants ont déjà un pied dans le marché du travail. Et cela les motive énormément."
Frederic De Cooman
BeCode

Soutien numérique à domicile pour réfugiées

Inclusion numérique

“Nous aimons travailler avec à des experts du vécu, d’anciens réfugiés. Ils parlent la langue et connaissent la culture, ce qui permet de créer plus rapidement un lien de confiance.”
Lieve Misotten
Plateforme limbourgeoise pour les Personnes en Exil