Récit

L’habitat groupé de Vosberg : La passion du vivre-ensemble intergénérationnel

A l’est de la région bruxelloise, 29 familles ont acheté un monastère. Leur « habitat groupé », intergénérationnel, se veut résolument ouvert sur le quartier et ancré dans des valeurs d’entraide et d’écologie. Il a bénéficié de l’aide du Fonds Generet à hauteur d’au moins 300.000 euros.

A Wezembeek-Oppem, non loin de Bruxelles, l’ancien monastère de l’ordre catholique des « passionistes » semble à l’abandon. Bientôt, ces bâtiments de briques rouges, dont certains ont été construits au début du 20ème siècle, reprendront vie. Une petite trentaine de familles ou de personnes isolées vont investir ce lieu hors du temps, qu’elles ont acheté, pour y construire de nouvelles façons de vivre ensemble.

Les futurs habitants du « Vosberg » veulent y créer un habitat groupé, connecté à la vie du quartier et ancré dans des valeurs fortes, de solidarité, d’écologie, de liens entre les générations, tout en valorisant ce patrimoine architectural. « En ces temps individualistes, porter des projets en commun, c’est déjà quelque chose d’important, explique Jorn Verbeeck, l’un des initiateurs. Mais nous voulons aller plus loin, en ouvrant des espaces vers l’extérieur, par exemple avec un Repair Café ou un café citoyen. Nous comptons aussi ouvrir une crèche. » Ce sont ces valeurs revendiquées qui ont convaincu les cinq derniers moines de vendre leur bâtisse à ce groupe d’acheteurs idéalistes plutôt qu’à des promoteurs immobiliers.

A l’entrée du monastère, on trouve un petit espace aujourd’hui encore goudronné au milieu duquel poussent des sapins et deux paulownias, dont les fleurs bleues tardent à sortir. « C’est ce que nous appelons la cour du village, elle sera ouverte au public, car nous voulons créer un esprit village », décrit Patricia Blake, 66 ans, l’une des futures habitantes. Dans les couloirs de l’ancien monastère, la poussière s’accumule sur de vieux meubles en bois. Au premier étage, on trouve la vieille chapelle, partiellement lambrissée et dont les plafonds sont soutenus par des arcs brisés. « Ici, Il y aura peut-être une chorale, des cours de yoga ou des activités de méditation, décrit Patricia. Certains rêvent même d’en faire une bibliothèque à la Poudlard.» Patricia s’est jointe au groupe des futurs habitants juste après la retraite, à l’issue d’une carrière dans la banque Triodos. « J’ai besoin de mouvement, de mixité, d’animation », détaille-t-elle tout en montrant l’immense jardin de 1,7 hectares où l’on trouve des arbres fruitiers et des potagers.

Cette volonté de vivre ensemble, de tisser des liens entre générations, c’est aussi ce qui a motivé Isabelle Pluvinage, lorsqu’elle s’est associée aux autres acheteurs, réunis par Coarchi, un bureau atypique d’architectes qui accompagne des projets d’habitats collectifs. Après le départ de ses enfants de l’appartement familial, la perspective de vivre à deux, à Bruxelles, ne l’enchantait guère : « A Bruxelles, parler avec ses voisins c’est une aventure. Nous avions envie d’emménager dans un lieu de vie, où rencontrer les gens. Et puis nous sommes de ‘jeunes vieux’, nous pourrons nous occuper du jardin, garder un œil sur les gamins des autres habitants, aller les chercher à l’école si besoin. »

Un projet solidaire

Parmi les valeurs que l’on défend à Vosberg, il y a la solidarité. « Certaines familles n’avaient pas la possibilité financière de rejoindre le projet, mais nous étions tellement alignés sur les valeurs, qu’on a cherché une solution », se souvient Jorn Verbeeck. Les habitants se sont donc accordé des prêts à des taux préférentiels les uns aux autres. « Preuve que la solidarité est ici impressionnante, les habitants ont aussi décidé de renoncer à une partie de la plus-value en cas de revente », reprend Jorn. En effet, un mécanisme de captation de plus-value et la création d’un Fonds de solidarité ont pour objectif de garder des prix accessibles pour des familles plus modestes.

Dans le même ordre d’idées, 6 logements seront destinés à l’accueil de publics aux besoins spécifiques. On comptera deux logements pour jeunes en difficultés qui seront accompagnés par une association locale et quatre logements pour des personnes âgées, en risque d’isolement. Ces dernières auront la possibilité de mutualiser les soins dont ils ont besoin, mais également de bénéficier d’échanges spontanés avec l’ensemble des autres habitants : support, entraide, apprentissage intergénérationnel. Cet accueil de seniors sera rendu possible grâce au soutien, à hauteur de 300.000 euros, du Fonds Generet géré par la Fondation Roi Baudouin. La Fondation souhaite ainsi encourager les formules innovantes d’habitat pour personnes âgées.

"En ces temps individualistes, porter des projets en commun, c’est important."
Jorn Verbeeck
l’un des initiateurs de l’habitat groupé intergénérationnel de Vosberg

Le projet est ficelé. Les plans des travaux sont prêts. Mais la demande de permis pour ce projet complexe tarde à trouver son chemin dans les méandres administratifs depuis bientôt trois ans. Ceux-ci devraient enfin être délivrés ces prochaines semaines suite à l’obtention d’un partenariat avec la commune, permettant enfin l’entame de travaux qui pourraient s’étaler sur deux années supplémentaires. Ces longs délais n’entament pas le moral des futurs habitants. « Oui il y a des difficultés, reconnaît Isabelle Pluvinage. Mais cela a permis de tester le groupe. Et nous sommes un groupe à l’énergie positive. Un groupe qui ne lâche pas. »

Autres récits
Un engagement qui inspire !

Apprendre à vivre ensemble

Logement

"Les personnes qui ont vécu longtemps dans la rue manquent parfois de certaines compétences et habitudes que la plupart des gens considèrent comme acquises. En misant sur une bonne entente, et grâce à notre proximité, nous apprenons à vivre ensemble."
Simon Dujardin
Coordinateur sociocommunautaire chez Communa

A Ottignies, des logements aux confluents de la psychiatrie et du social

Logement

"En psychiatrie, les patients ont besoin de stabilité."
Benoît Van Tichelen
président de la fondation Alodgî et directeur du service de santé mentale ‘Entre-mots’

A Namur, l’accueil sans limite

Logement

"L’objectif, c’est de permettre aux résidents de se sentir en sécurité et, peu à peu, de reprendre leur pouvoir d’agir."
Samantha Manila
éducatrice spécialisée du service de ‘stabilisation des personnes sans-abri’ au sein de l’asbl namuroise ‘Les Trois Portes’

Autres appels à projets

Een hart voor Gentse jongeren

Pour des projets locaux qui favorisent le bien-être des jeunes et groupes défavorisés.

En cours

Prix Housing Reno-Hope

Valoriser des organisations qui créent des logements supplémentaires pour les personnes en situation de précarité par le biais de la rénovation

En cours
Instellingsverlaters, een warme overdracht naar de woonmarkt

Une transition douce vers le marché du logement pour ressortissant.e.s d'institution

Soutien à des organisations qui accompagnent des ressortisant.e.s d'institution (aide à la jeunesse, psychiatrie, prison) dans leur recherche d'un logement.

En cours

Autres Fonds et formules philanthropiques

Bonheiden - vzw Villa Praline (Compte de projet)

La Villa Praline transforme un ancien presbytère en un centre de jour pour jeunes adultes souffrant d'un handicap mental ou physique qui n

Heron - "Les petits pas" Foundation (Compte de projet)

Nous créons 6 logements pour personnes fragilisées et précarisées au sein d’un habitat partagé à Héron. Ils s’inscrivent dans une dynamique d’entraide et de solidarité.

Saint-Gilles - L'Immense Ferme asbl (Compte de projet)

Ce projet porté par l'ASBL L'Immense Ferme a pour but la réinsertion psycho-sociale des Immenses. Il va permettre aux personnes sans chez-soi de travailler la terre pour se relog…

Autres communiqués

Précarité hydrique : les inégalités existent aussi en matière d’accès à l’eau

Le baromètre de la précarité hydrique révèle l’existence d’importantes inégalités au sein de la population en ce qui concerne l’accès à l’eau pour les besoins de base.

Dénombrement du sans-abrisme et de l’absence de chez-soi dans 60 villes et communes belges

Pour la quatrième année successive, des dénombrements du sans-abrisme et de l’absence de chez soi seront organisés dans la nuit du 19 au 20 octobre 2023.

Sans-abrisme et absence de chez-soi : dénombrer pour mieux lutter contre la problématique

Pour la troisième année consécutive, des dénombrements des personnes sans-abri et sans chez-soi ont eu lieu en Wallonie et en Flandre.