ATTENTION ! Entre le 2 et le 9 février, la plateforme candidate.kbs-frb.be est indisponible en raison de travaux de maintenance.

Récit

Des histoires à partager

2021

À Florenville, au cœur de la Gaume, le Fonds Anick Siméon, géré par la Fondation Roi Baudouin, a permis l’émergence en un temps record - et en plein confinement - d’une émission radio transgénérationnelle, cristallisant des énergies locales peu communes. Son nom : En cultuuuuuure !

Mars 2020. La Belgique entre en période de confinement. On ne bouge (presque) plus. On reste chez soi. À Florenville, bourgade gaumaise de 5.600 âmes, les acteurs sociaux et culturels tentent, comme partout ailleurs, de limiter la casse sociale, surtout auprès des plus fragiles. "Autour de nous, chacun se livrait à une sorte de frénésie numérique pour pallier à l’absence de liens sociaux", se souvient Isabelle Prévost, animatrice à la Bibliothèque publique de la ville. "Nous-mêmes, nous avons beaucoup publié sur Facebook et réalisé des capsules vidéo racontant des histoires. Mais, très vite, nous avons compris nos limites : et les personnes sans connexion, notamment les personnes plus âgées ? Ne risquions-nous pas de les perdre dans l’aventure ?"

Une bibliothèque à pied d’œuvre

Ces questions, heureusement, ne surviennent pas sur un terrain vierge. En 2019, une enquête lancée par le comité de gestion du Fonds Anick Siméon, géré par la Fondation Roi Baudouin, qui a pour objectif de venir en aide aux personnes âgées de Florenville, a clairement mis en évidence un besoin essentiel de celles-ci, confirmé par le personnel soignant : rester connectées avec leur entourage et enrichir leurs liens sociaux. C’est qu’à Florenville, comme dans les autres régions rurales, les services d’aide et de soins à domicile sont trop peu connus. Qu’il s’agisse d’aider à faire ses courses quotidiennes, se rendre chez le coiffeur ou sur la tombe du conjoint décédé, les bras manquent pour fournir l’aide appropriée.

En avril 2020, confronté à l’urgence de la crise sociale qui s’annonce, le Fonds Anick Siméon lance un appel à projets destiné à soutenir des initiatives citoyennes qui améliorent la qualité de vie des personnes âgées. Sept projets qui permettent aux seniors de rester connectés à la société et qui les incitent à rester pleinement acteurs de leur vie, sont sélectionnés. Parmi ceux-ci, celui de la Bibliothèque de Florenville qui veut développer des capsules radio et vidéo (interviews, portraits, rencontres…) et les diffuser sur les ondes de la radio locale (Radio Sud), de même que dans les maisons de repos et de soins et d’autres institutions sociales. L’espoir : conserver et renforcer les liens entre les personnes isolées géographiquement et numériquement. "Le confinement a eu pour effet délétère d’isoler les catégories sociales", explique Barbara Holt, coordinatrice de la bibliothèque. "Avec ces capsules radio et vidéo, nous avons parié d’entrer en contact avec un public finalement bien plus large que nos seuls abonnés lecteurs, allant même au-delà des personnes isolées ou déconnectées."

Un contexte favorable

Il faut dire que le contexte de cette initiative est parfait. Non seulement Radio Sud saute directement dans le train mis sur rail par le Fonds, mais des bénévoles expérimentés se montrent également enthousiastes. Parmi eux, Jeanne Grandjean qui, après avoir filmé et enregistré sa propre grand-mère plusieurs années d’affilée, a acquis une solide expérience en matière de récits de vie des aînés. Autre atout, et de taille : dans les deux maisons de repos et de soins de l’entité se tiennent depuis plusieurs années des ateliers transgénérationnels. Ici, des enfants de première primaire viennent régulièrement à la rencontre des résidents réunis autour de séances de lectures où s’entretiennent les souvenirs et la mémoire. Là, une conteuse professionnelle raconte des histoires aux enfants et aux seniors. Certes, avec le confinement, ces ateliers sont à ce stade au point mort. Mais la volonté est grande, dans ces maisons de repos, de s’associer dès que possible à l’initiative de la bibliothèque et à la constellation d’acteurs qui se mobilisent autour d’elle.

La Grande et les petites histoires sur antenne

L’appel circule auprès des personnes âgées : leurs témoignages, récits, anecdotes sur la Grande Histoire et petites histoires sont activement recherchés partout dans l’entité. Grâce au bouche-à-oreille, les premiers répondants se présentent rapidement et les prises de son ou d’images peuvent débuter. Un senior de Villers-devant-Orval raconte ses souvenirs d’enfance autour des amours clandestines du poète Maurice Carème qui fréquenta beaucoup la région. Un autre évoque la mémoire de personnages illustres comme le neveu de Napoléon Bonaparte, ex-résident du château des Épioux. D’autres encore livrent des récits de guerre, racontent l’apparition de l’électricité, la pratique d’anciens métiers ou d’artisanat lié au terroir. Tel cet homme successivement garde forestier, piégeur de rats musqués et tailleur de pierres.

Jeunes et anciens : un joyeux brassage

"Avec nos capsules radio et vidéo, nous voulons (re)connecter les personnes isolées sur les plans géographique et numérique."
Barbara Holt
Bibliothèque publique de Florenville

Mise en ondes par Radio Sud, cette moisson est diffusée depuis le 6 février chaque samedi à 15h et chaque jeudi à 14h conjointement à des coups de cœur littéraires, des contes, des jeux et des romans feuilletons. Le nom de l’émission : ‘En cultuuuuuure !’, comme on crierait ‘En voituuuuuuure !’ à la cantonade. "Cette émission, ce n’est pas "les Vieux parlent aux vieux’", commente Isabelle Prévost. "Le projet est devenu franchement transgénérationnel. Et, avec le déconfinement, nous allons pouvoir y associer les résidents des deux maisons de repos de Florenville, qui seront appelés à témoigner et à se livrer eux aussi à nos ‘reporters’. Nous espérons, aussi, inviter les apprenants de l’asbl Lire et Écrire à témoigner de leur travail avec l’écrivain Luc Baba. De même qu’inviter des étudiants de fin du secondaire à partager sur antenne, avec leurs profs de français, leurs coups de cœur et leurs coups de gueule culturels." Des projets pleins la besace, donc, qui n’attendent que la fin du confinement…

À propos du Fonds Anick Siméon

Géré par la Fondation, Roi Baudouin, le Fonds Anick Siméon a pour objectif de soutenir des initiatives en faveur de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer et des résidents en maisons de repos et de soins dans la région de Florenville. Depuis 2016, le Fonds a soutenu 10 projets, pour un montant total de 51.507 euros.

Autres récits
Un engagement qui inspire !

La parole aux seniors

Personnes âgées

"Il est essentiel de nourrir le lien avec nos aînés et de leur (re)donner une voix."
Jeanne Boute
Coordonnatrice de l’asbl À travers les Arts

Le virus n’ébranle pas une maison de repos qui a une vision de qualité

Personnes âgées

"Nous avons encore davantage mis l’accent sur les contacts entre les résidents et avec les soignants."
Dirigeants de maisons de repos

Coronavirus : les soins palliatifs aussi ont dû s’adapter

Personnes âgées

"Notre but est de soigner et d’accompagner le mieux possible les patients palliatifs dans la dernière phase de leur vie."
Caroline Coolen
Association des Soins palliatifs en province de Namur

Autres appels à projets

palliatieve zorg

Soutenir l'innovation en soins palliatifs

Soutien à des initiatives en soins palliatifs sortant des sentiers battus pour améliorer le vécu des patients et de leurs proches et répondre durablement aux besoins grandissants…

Bientôt terminé!

Bien vivre avec la maladie d’Alzheimer (ou une maladie apparentée) dans le Brabant-Wallon

Le Fonds a pour objectif d'améliorer la qualité de vie des personnes atteintes d'Alzheimer (ou maladie apparantée) et de leur entourage dans le Brabant Wallon.

Sélection annoncée

Des maisons où il fait bon vivre et travailler ! Coaching pour la mise en œuvre de la démarche Tubbe : des soins relationnels et une gouvernance participative dans les maisons de repos (et de soins)

Soutenir par le biais de coaching les maisons de repos et de soins qui souhaitent faire la transition vers l'approche Tubbe au sein de leur établissement.

Sélection annoncée

Autres Fonds et formules philanthropiques

Malou Malou (Fonds)

Soutenir une recherche innovante améliorant la qualité de vie des personnes âgées atteintes d’une maladie neurodégénérative du cerveau (maladie de Parkinson, Alzheimer, …).

Anderlecht - vzw Cosmos-Exelsior (Compte de projet)

Le centre Vives offre des services aux personnes âgées du quartier pour vivre plus longtemps de manière autonome à leur domicile. Le nouveau centre servira de centre de formation…

Houillogne-Hanne (Fonds)

Le Fonds vise à améliorer la santé et les conditions de vie de la population vieillissante, avec une attention particulière pour les projets artistiques.

Autres communiqués

35 maisons de repos et de soins se lancent dans l’aventure Tubbe !

12 01 2023

La FRB soutient la mise en œuvre du modèle Tubbe, qui accorde une place prépondérante aux soins relationnels, dans 35 nouvelles maisons de repos (et de soins).

Les lieux de vie et de soins de demain

Les nouveaux seniors ne veulent pas entrer en maison de repos.

26 09 2022

Une carte blanche publiée à l’initiative du Comité d’avis Personnes Âgées de la Fondation Roi Baudouin.

10 maisons de repos et de soins bruxelloises se lancent dans l’aventure Tubbe

27 07 2021